Le top des méchants de Disney

Méchants disney

Si vous avez lu mon histoire, vous savez que ma méchante préférée est Maléfique. Mais je dois dire que j’aime d’autres méchants de Disney, car malgré leur malice, leur traîtrise ou leurs manigances, il y a des choses intéressantes à retenir de leur comportement. Ils représentent la part d’ombre que l’on a en nous et elle est exacerbée de manière excessive pour qu’on puisse en tirer des leçons. Certaines de leurs actions sont menées par jalousie, envie, frustration ou par la soif de pouvoir et de domination. Voici les méchants les plus intrigants, intéressants et terrifiants de Disney.

Maléfique

Maléfique est ma méchante préférée à plusieurs titres. À la fois elle me fait peur et en même temps, elle est attachante. Cette caractéristique est surtout perceptible dans le remake du film fantastique du même nom, aussi adapté par Walt Disney, et dans lequel la sorcière est interprétée par Angelina Jolie. Maléfique est fascinante malgré sa soif de vengeance qui va jusqu’à maudire un nouveau-né, ce qui représente pourtant tout ce qu’il y a de plus innocent au monde.

Scar

Il est l’un des rares méchants de Disney à n’être ni une sorcière ni un personnage à l’apparence humaine. Ce méchant est un animal qui pourtant est terrifiant avec sa balafre et sa crinière noire. C’est son avidité pour le pouvoir qui le pousse à en vouloir à Simba, un jeune lionceau. Écarté du trône par son frère aîné, il va tout faire pour prendre possession des terres. Ce personnage aux influences shakespeariennes évoque aussi les trahisons familiales, ce qui en fait un personnage intéressant qui avait déjà inspiré des grandes tragédies comme Hamlet ou Richard III.

La marâtre de Cendrillon

On ne la connaît pas toujours sous ce nom, mais la belle-mère de Cendrillon s’appelle madame de Trémaine. Comme dans Blanche-Neige, la méchante dans Cendrillon est la belle-mère. Le rôle de la méchante belle-mère est devenu si populaire que le terme désuet et archaïque de marâtre est resté dans le langage courant comme la désignation péjorative d’une belle-mère. Présentée comme une femme élégante et belle, elle n’est pas la seule méchante dans ce film, puisque sa propre punition pour avoir un cœur de pierre, est d’avoir engendré deux filles laides, Javotte et Anastasie, toutes aussi méchantes l’une que l’autre. La belle-mère de Cendrillon a pour particularité d’être l’une des seules méchantes de Disney à n’avoir aucun pouvoir magique et à ne pas mourir à la fin de l’histoire.

La Reine-sorcière

La Reine-sorcière est le nom du personnage maléfique dans Blanche-Neige et les Sept Nains. Comme dans Cendrillon, elle est la méchante belle-mère de Blanche-Neige, puisqu’elle est la seconde épouse du roi. Son obsession pour la beauté et la jalousie qu’elle a pour la candeur de Blanche-Neige font d’elle une des plus méchantes sorcières que Disney a inventée. En plus, il s’agit de la première méchante imaginée par Disney. Comme dans Bambi, Dumbo, La Petite Sirène, Pocahontas ou même Aladdin, le film aborde le thème de la mort de la mère biologique, qui dans certains cas est remplacée par une horrible belle-mère.

Cruella

Ce n’est pas pour rien que son nom complet est Cruella d’Enfer. Cette femme sans cœur est réellement cruelle, car pour la première fois, Disney fait clairement référence à la cruauté et maltraitance animale. Il existe d’autres films où les animaux sont malmenés, mais ceux-ci sont souvent personnifiés. Ici, Cruella pousse le vice de convoiter des petits chiots trop mignons, dans le seul but de se faire un manteau de fourrure. Comme toujours chez Disney, l’incroyable capacité à trouver des caractéristiques marquantes pour ses personnages feront de sa coupe de cheveux mi-blanche mi-noire l’un des éléments forts de l’apparence physique de ce personnage filiforme.

Ursula

Ursula n’est pas une sirène comme les autres. Il s’agit d’une Cecaelia, un personnage mythologique, connu de la piraterie nordique. Alors que la queue des sirènes et des tritons est une queue de poisson, la queue des Cecaelia sont des tentacules de pieuvre. D’apparence obèse et violacée, Ursula fait signer un contrat à Ariel, qui n’est pas sans rappeler le pacte avec Méphistophélès dans Faust. Elle est également accompagnée de deux fidèles compagnons, Flotsam et Jetsam, des murènes, comme Scar est accompagné de hyènes et Cruella de deux bandits.

Jafar

Avec Aladdin on se plonge dans le monde des 1001 Nuits et dans le monde médiéval oriental. Jafar a le titre de vizir, un conseiller du Sultan, qui n’est autre que le père de Jasmine. Jafar est lui aussi obsédé par le pouvoir mais son autre caractéristique est le narcissisme. Sa personnalité est plus complexe que bon nombre d’autres vilains de Disney. Ses actions peuvent être imprévisibles, puisqu’on n’hésite pas à insinuer qu’il est un psychopathe. S’il était un personnage de la vie réelle, il serait diagnostiqué comme un homme atteint de troubles mentaux. Il peut parfois même paraître tout à fait normal, comme les grands manipulateurs, puis changer de comportement lorsqu’il met au point ses manigances. Ce personnage est effrayant car il nous fait comprendre que des gens qui se disent proches de nous peuvent très bien nous trahir et devenir nos pires ennemis.